Rechercher dans ce blog

dimanche 3 juin 2018

Ecodye / Ecoprint un peu de profondeur avant le stage de Lyon

Je vous en parlai l'autre jour, en vue de mon stage Lyonnais, j'affine mes recherches et expérimente beaucoup les empreintes végétales ces temps-ci.
J'ai trouvé chez mon fournisseur une toile assez fine, composée de coton mais probablement mélangée (impossible d'en connaitre la composition exacte...).
Je l'ai mordancée à l'huile végétale, une idée qui m'est venue à la lecture de traités anciens, et au lait de soja maison.

ecoprint mordant Camille barberi / think knot







Les feuilles, cueillies le jour même, ont trempé dans différents liquides (acide, ferreux,...) pendant environ une heure.
Puis roulage et cuisson et, patience (3 jours) et enfin, déroulage ce matin.

 

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot


ecoprint Camille barberi / think knot

ecoprint Camille barberi / think knot



D'abord, j'aime ces tons, le contraste entre le bleu-violet et le jaune-vert, et puis la profondeur, les impressions croisées et, aussi, le jeu des contours et du plein des feuilles.
Toutes les couleurs proviennent des feuilles et uniquement des feuilles, c'est du 'sans sucre ajouté' :)
Surprise du chef, un napperon crocheté donné par une amie est ressorti orné d'un doux camouflage !

(si vous êtes intéressé par le stage il faut faire vite, il ne reste que 17  jours pour s'inscrire...)

*********Beau dimanche **********

mardi 29 mai 2018

atelier empreintes végétale à Lyon les 23&24 Juin chez Mon Souk

Je vous en parlais la fois dernière..
Ceux qui me suivent ici savent que depuis plusieurs années maintenant, j'ai décidé d'explorer l'ecoprint et le tataki zomé.
J'ai une approche très personnelle de la chose, suis passée par de nombreux essais (dont des râtés, mais c'est ainsi qu' apprend !), et ai envie aujourd'hui de partager mes recherches pour permettre à d'autres de jouer avec les plantes.

Je préfère les empreintes 'vivantes' aux impressions en ce qui concerne l'ecoprint. J'ai moins d'intérêt pour les éléments très définis, trop proches à mon goût de la photo ou de l'impression (et puis le tataki zomé fait cela bien mieux !).
Lorsque je me documente, je ratisse large, je fouille les fonds des bibliothèques, je tombe sur d'anciens textes, je m'en inspire pour mettre au point des méthodes un peu décalées...
C'est ainsi que j'ai, par exemple, testé pour vous (quelle abnégation!!!), le mordançage à 'l'eau groupie'.
Vivant près d'une forêt et de petits étangs, j'ai repéré un bayou et y ai plongé mon tissu.
Après un temps j'ai récupéré celui-ci qui.. embaumait...
J'ai fait mon saucisson de fleurs (enfin là il n'y avait que des feuilles) et bien que subtil, le résultat est là.
Des tons doux mais des formes distinctes avec quelques délicates surprises...

trempage...

























J'ai aussi testé l'acétate d'alumine sur un pied de renouée qui m'a donné de surprenantes teintes pourpres...

la bande de coton et sa couverture ferreuse...



Enfin mon chouchou, châtaignes en fleur sur coton mélangé soie :


Un esprit tout différent du tataki zomé dont je vous donnerai bientôt les résultats de solidité...
Mon Souk aka Olivia Ferrand accueille pour deux jours à deux pas de Lyon afin de vous livrer de bonnes bases, faciles à mettre en oeuvre, pour créer vos fonds de broderie, vos accessoires ou des décos joliment empreintés...

Toutes les infos ici et  

belle semaine !

mardi 10 avril 2018

Eco dye : petites recherches avant le stage à Lyon en Juin !

Un petit moment que je ne m'étais pas penchée, que dis-je, plongée dans le sujet !
Pour ceux qui me suivent un peu, vous connaissez mon amour des chaudrons garnis et parfumés qui bouillonnent des heures en embaumant la cuisine...
Dans la branche ecodye, je ne suis pas très vapeur... (d'ailleurs, dans la branche légumes non plus !)
J'avais déjà vu de jolis résultats de 'décharge' après un premier bain de teinture, il me fallait donc creuser le sujet...
J'ai profité d'un bain de peaux d'oignons ayant teint les oeufs de Pâques pour obtenir une couleur mordorée sur coton (les joies de la teinture substantive...).


Et j'ai préparé mes 'saucissons de fleurs' avec les premières pousses que j'ai croisées : le printemps se fait attendre. Erable, prunus, charme, fraisier, ailler, chélidoine, persicaire, oseille,...

L'un des rouleaux a eu droit à sa couverture de fer (vilaine traduction littérale pour 'Iron blanket'). Une bande trempée dans un de mes jus de sorcière, un jus tout noir que je garde depuis au moins deux ans...

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales


bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

L'autre a eu sa pulvérisation d'eau cuivrée, ainsi qu'une bande de papier cuisson contre les empreintes fantômes.

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales

bidulafil ecodye discharge empreintes végétales


Et là, je me sens un peu comme Miroslav Tichy, comme le découvreur des empreintes de Kirlian ou comme si j'étais devant le Saint Suaire de Turin...
Même si les tanins sont encore timides, on peut distinguer les contours, la texture des feuilles, leur forme en plus clair. Et aussi de subtiles variations dans la coloration d'origine du reste de la surface.
Voilà ce que j'affectionne : un tableau varié, un fond 'incontrôlable'.
Je ne cherche pas la photocopie, mais l'intervention de la main divinement végétale au milieu de ma composition.


Si le coeur vous en dit, je donnerai 2 jours de stage sur ce thème et d'initiation au Tataki Zomé chez Mon Souk, aka Olivia Ferrand, les 23 & 25 Juin à Lyon.

 à bientôt !

vendredi 16 mars 2018

Broderie en relief & flamant rose

En attendant ¨ impatiemment ¨, le stage que j'organise avec Georgina Bellamy mi-Avril, j'ai décicé de creuser un peu la technique.

J'ai donc erré dans les rayonnages des bibliothèques, approfondi mon vocabulaire en anglais, et puis j'ai commencé...



D'abord avec des glands (d'après Ruth Chamberlain), habillés d'une résille de fils.



Ensuite, avec une feuille comportant une application de cuir et du fil doré qui lui donne de précieux reflets...


Et puis j'ai un peu dévié.
Comme cela m'arrive toujours en cuisine (ou ailleurs), j'ai lâcher la recette et mis en oeuvre un matériau que je voulais utiliser depuis des années...
Et au lieu de la classique cannetille, je me suis appliquée à utiliser ce que j'avais sous la main, en couleurs et.. euh.. brillant.
J'ai intitulé ma technique 'broderie Plastique'®, pour son relief et son aspect brillant.

bidulafil broderie en relief - stumpwork - flamant rose - flamingo embroidery


bidulafil broderie en relief - stumpwork - flamant rose - flamingo embroidery

bidulafil broderie en relief - stumpwork - flamant rose - flamingo embroiderybidulafil broderie en relief - stumpwork - flamant rose - flamingo embroidery

Vous pouvez suivre ses étapes de fabrication grâce au #flamantrosechallenge.
Vous pouvez même associer ce # à votre flamant brodé jusqu'au 4 Avril !
Belle fin de semaine,
Camille.

(P.S : l'exercice vous intéresse ? Si oui, je peux organiser une journée autour de cette technique ! laissez-moi un message ou contactez-moi : atelier@bidulafil.fr)

jeudi 15 février 2018

Happy Scrappy Challenge : Azuma Bukuro - teinture naturelle

A l'appel de Kathy Hays, du groupe eco print- naturel dyeing - create, je me suis lancée dans le #happyscrappychallenge de Février.
L'idée ? Utiliser ses 'ratés' de teintures naturelles pour réaliser un projet et les sublimer (au lieu de les enterrer dans un tiroir...!).
Mes fournitures de base étaient différents morceaux de flanelle de coton, teints à la sauvageonne avec ce que je trouvais dans le jardin de ma mère (surtout du sureau, des noix,...), le tout avec un brin de shibori. 
bidulafil / Think Knot Design eco dye shibori

Comme je voulais un sac #azumabukuro, j'ai aussi teint une pelote de coton 'à la casserole' avec de la peau de grenade et un peu de poudre de Santal (c'est plus exotique, je voulais un orangé qui s'associe subtilement au sac).
bidulafil / Think Knot Design eco dye shibori

Les pièces sont assemblées pour former une longue bande, qui, savamment pliée, se transforme en sac.
J'adore cette forme simple et pure qui fait ressortir la matière.

bidulafil / Think Knot Design azuma bukuro

bidulafil / Think Knot Design azuma bukuro

bidulafil / Think Knot Design azuma bukuro

bidulafil / Think Knot Design azuma bukuro

Au final, c'est un très grand sac, je ne sais pas trop ce que je mettrai dedans mais... Il est déjà adopté !!

bidulafil / Think Knot Design azuma bukuro